Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marie-Thérèse Grisenti - Violoncelle

Publié le

Marie-Thérèse Grisenti - Violoncelle

Enfant, Marie-Thérèse Grisenti étudie le piano et le violoncelle. Vivement encouragée par son professeur A. Orkiz, elle choisit de se consacrer au violoncelle, et remporte un 1er prix au Concours International de l’UFAM.

Lors de Master classes, elle étudie avec V. Feijin, L. Claret, D. Shaffran, M. Hell, J. Starker et I. Gavrich, qui la remarque et sera son professeur au Conservatoire Tchaikovsky de Moscou.

A Paris, elle étudie la phénoménologie et joue aux côtés du Maestro Sergiu Celibidache. Deux années d’échanges avec cet artiste pleinement accompli lui offrent un enseignement rare et précieux.

Passionnée par la musique de chambre, Marie-Thérèse Grisenti étudie avec W. Levin (Quatuor Lasalle), V. Erben (Quatuor A. Berg), P. Katz (Quatuor de Cleveland) et R. Schmidt (Quatuor Hagen), dans le cadre des activités de ProQuartet - CEMC.

Marie-Thérèse Grisenti a fait partie du Quatuor Arpeggione, et a fondé le Trio Franz ainsi que le Duo Grisenti-Vitantonio. Elle joue également avec le Quatuor Elysée, Patrick Messina, Theodor Coman, Isabelle Flory, Mark Drobinsky, et a occupé le poste de violoncelle-solo de l’Orchestre Philharmonique Franco-Allemand, ainsi que de l’orchestre à cordes F.A.E.

Elle joue à la Philharmonie de Berlin, Wigmore Hall, Salles Gaveau et Cortot, ainsi qu’en Russie, Iran, Chine et dans les pays de l’Union Européenne.

Des œuvres de D. Levaillant, G. Carré, G. Carbo, A. Mashayekhi et A. Girard lui sont dédiées. Ecléctique, elle participe au tournage du « Jardin de Celibidache », choisit et interprète les musiques pour les œuvres de R.W. Fassbinder au théâtre, traduit les masterclasses de V. Perlin, Y. Bashmet et N.Gutman à Paris.

Riche de ces expériences, elle se consacre aussi à l’enseignement du violoncelle et de la musique de chambre. Professeur au CRD de Cachan, elle donne des master-class en Europe et en Asie.

Site officiel du duo de Marie-Thérèse Grisenti

Commenter cet article